FRÉNÉTIQUE

De Nikos Kondylis                    traduction Frédéric Gillet © 2016

Je suis avec cette Force

Qui peut sur le bitume faire pousser des fleurs

Je diffuse mes cendres au dessus de la Grèce

Pour porter des plûmes en France

Kariotakis me parle dans mes rêves

Je fume les poèmes de Rimbaud

Je me touche en pensant à Socrate

Puis…

Je sors la goupille

Je lève la main

J’ouvre mes doigts

Et je m’envole…

Vers un autre monde

Où le Seigneur « ta Mort, Ma Vie »

Règne

Président, roi, premier-ministre, président du monde

Le diable qui règne sur Dieu

Pendant que Dieu agenouillé pleure

Et crie « Regrette mon esclave »

À la pleine-lune du yin

À la larme du yang

Une certaine Déesse originaire d’Inde

Zeus est-il en train de répandre des maladies et le feu

Tout en s’électrocutant

Le goût de la Connaissance

Ne venait pas de la pomme

C’est la conscience

D’un réactionnaire


ROYA NEVER MAT

NIKOS KONDyLIS

If I told you the right word
I would be at the entrance of your home,
and before long, I would be sitting on your couch.
If I made the right move–If I were good enough–Always,
tentatively, you would remove your shirt.
That’s how I would begin the game
Doing and saying something right to ignite your sensory cells
So that you could play with me,
With pawns in the end–our bare souls.
I want to love you, but I don’t let myself.
Good sex suffices.


Message sur le mur

nikos kodylis

Culture de câbles
Sur les trottoirs de la ville
Récolte de charge électrique
Et la grève de la civilisation
Perdure
Pour ses droits.
Les saisons de la nature sont tombées en faillite.
Le Temps souffre de névrose
La mort ne se lave pas
C’est pour ça qu’elle pue.
Vitrines non rasées.
Pigeons drogués.
Les places ressemblent à des toilettes fermées à clé
Voici la balançoire
Où le futur se balance.

Traduction :Érichton


message on wall

nikos kodylis

Cultivation of cables
On the city sidewalks.
Harvest of electric charge
And the strike of culture
Still holds
For its rights.

Nature went season- bankrupt
time suffers from neurosis
Death doesn’t bathe
So it stinks
Unshaven windows.
Stoned doves
Squares like locked toilets
This is the swing
that lulls the Future
translation anna niaraki

SANS FUTUR- Nikos Kondylis

 

Entre nous
Ce qui nous sépare, c’est le futur
Entre nous
Ce qui nous unit, c’est le présent
Entre nous
Nous existons.

Traduction : Frédéric Gillet.